Le genre Akebia, une culture d’avant-garde

La culture des akébies en Belgique et ailleurs

Originaires d’Asie de l’Est, les akébies sont des lianes fruitières qui servent en médecine chinoise depuis plus de 2 000 ans. Sous nos latitudes, on les emploie essentiellement pour leurs qualités ornementales, alors même qu’elles ont le potentiel de devenir une culture d’avant-garde, à haute valeur économique et nutritionnelle.

Appelées « bananes sauvages » ou « bananes du Nord » en Chine et « lianes chocolat » (chocolate vine) aux États-Unis, les akébies sont des lianes vivaces, au feuillage caduc ou semi-persistant, que l’on rencontre un peu partout en l’Asie de l’Est, et notamment en Chine, en Corée et au Japon. Parmi ce petit genre Akebia, ce sont l’akébie à cinq feuilles (Akebia quinata) et l’akébie à trois feuilles (Akebia trifoliata) qui présentent la plus grande importance économique. Capables de s’adapter à toute une diversité d’habitats, ces deux espèces croissent généralement en lisière de forêt, dans les forêts arbustives mixtes, le long des routes et sur les pentes rocheuses des cours d’eau. Très tolérantes à la chaleur et à la sécheresse, elles prospèrent à l’ombre partielle sur les sols limoneux, bien drainés et humides, mais peuvent pousser sur des sols très variés.


Aire de répartition naturelle du genre Akebia en Asie de l'Est

Les akébies sont des plantes vigoureuses qui peuvent atteindre 7 à 12 m de long et résister à des températures allant jusqu’à -15°C. Ces plantes grimpantes sont dites à tiges volubiles, ce qui signifie qu'à la manière du liseron, elles s'enroulent fermement autour de leur support en s'élevant et n'ont pas besoin qu’on les attache – attention toutefois au risque d’étranglement si on les conduit sur un arbre.

Elles produisent au mois d’avril ou de mai de jolies fleurs au léger parfum de cannelle, pour ensuite donner à partir de la fin du mois d’août des fruits de forme oblongue à ellipsoïde, mesurant de 3 à 4 cm de diamètre et de 5 à 8 cm de long dans le cas d’Akebia quinata et de 4 à 5 cm de diamètre et de 8 à 15 cm de long dans le cas d’Akebia trifoliata. Chaque fruit renferme une pulpe blanche comestible à la saveur douce et sucrée, tantôt insipide et tantôt plus complexe, évoquant la banane, le litchi et le fruit de la passion. Cette chair contient plus d'une centaine de graines noires et brillantes, lesquelles représentent 50 à 85 % du poids total du fruit.

Les akébies produisent des fruits sur les tiges d’un an et commencent à fructifier dès leur deuxième année d’implantation. C’est l’akébie à trois feuilles qui donne les fruits au plus gros calibre, avec un record à près de 550 g dans d’excellentes conditions de culture. En Chine, le rendement d’un verger commercial s’élève à 30 tonnes par hectare la première année de culture et au double deux à trois ans plus tard.

Fleurs, fruits et plant d'akébies sur notre parcelle test (Rhode-Saint-Genèse, Belgique)

Voilà plus de 2000 ans que l’akébie est utilisée en médecine chinoise pour ses propriétés diurétiques, anti-inflammatoires et analgésiques (tiges) et pour son action dans le traitement de l’indigestion et des douleurs abdominales (graines). Qui plus est, la pulpe des fruits, consommés traditionnellement en Asie de l’Est, est riche en sucres, en protéines, en acides aminés – dont 8 acides aminés essentiels –, en vitamines (B et C, notamment) et en sels minéraux comme le potassium, le magnésium et le calcium. Quant à l’enveloppe du fruit, les Japonais, par exemple, la consomment comme un légume, dont l'amertume est mise en valeur dans des plats sautés ou frits, mais elle peut aussi entrer dans la fabrication de boissons ou de tisanes. Dernier point, mais non des moindres : en plus de contenir des protéines, les graines d’Akebia trifoliata présentent une teneur élevée en huile (acide oléique, linoléique et palmitique) au profil d’acide gras conforme aux exigences de l’OMS pour l’huile alimentaire, le ratio en acides gras saturés, monoinsaturés et polyinsaturés s’élevant à 1:1.5:1 (voir l’étude de Huang et alii pour plus de précisions à ce sujet).

À noter que l’akébie à trois feuilles fait depuis plusieurs années l’objet de recherches en Chine afin d’obtenir, d’une part, des sélections présentant davantage de pulpe (« part comestible ») et, d’autre part, des sélections renfermant davantage de graines. 

Conditions de culture

Après cette entrée en matière, il est temps de nous intéresser aux conditions de culture de l’akébie.

Exposition

Selon la littérature, les akébies peuvent s’installer en situations ombragées à claires, mais il serait vraisemblablement judicieux d’éviter un emplacement trop ombragé en Belgique.

Sol

Les akébies préfèrent les sols limoneux, bien drainés – c’est un paramètre important pour une productivité optimale –, humides, légèrement acides à neutres (pH compris entre 5 et 7), mais poussent bien dans presque tous les sols, y compris argileux, sableux ou rocailleux.

Eau

Il n’est généralement pas nécessaire d’irriguer les akébies tant que les précipitations sont suffisantes, sauf pour favoriser la croissance durant la phase d’installation. Les akébies présentent une bonne résistance à la sécheresse une fois installées. Sur la parcelle test, nous ne les arrosons pas et elles se portent très bien.

Palissage

On peut conduire les akébies sur un simple treillage, fil de fer ou grillage ou les utiliser pour habiller une clôture ou couvrir une pergola. Les professionnels pourront opter pour un palissage en forme de T, par exemple.

Espacement

En verger, il est recommandé d’espacer les plants de 1,5 à 2 m sur la ligne et de 3 à 3,5 m entre les lignes.


Verger d'akébies en Chine


Futur verger d'akébies avec système de palissage en Chine

Fertilisation

Les akébies poussent idéalement sur des sols fertiles, mais nous ne les fertilisons pas sur notre parcelle test et elles se portent bien. Il semblerait que la croissance du fruit connaisse deux pics : un mois après la floraison et un mois avant la maturité du fruit, de sorte qu’il pourrait être utile d’épandre de l’engrais à libération rapide à ces deux périodes. Il est dans tout les cas indiqué d’épandre du fumier ou un autre engrais à libération lente après la récolte si l’on souhaite une productivité optimale.

Floraison et fructification

Les akébies fleurissent pendant 30 à 60 jours, du mois d’avril au mois de mai, et fructifient pendant 40 à 50 jours à partir de la fin du mois d’août. Les fleurs nécessitent une pollinisation croisée avec une autre variété ou espèce, car elles sont fortement protogynes et auto-incompatibles.

Taille

En verger commercial, on conduit l’akébie sur un tronc central en gardant deux solides charpentières dirigées à l’opposé l’une de l’autre le long d’un fil central, un peu à la manière de la vigne. On maintient cette forme en pratiquant une taille d’hiver pendant la période de dormance. Lors de la taille, on peut enlever les pousses végétatives vigoureuses ou les rabattre à 7 à 15 yeux afin qu’elles remplacent les cannes fructifères. Pour obtenir des pousses fructifères vigoureuses, on sélectionne des tiges de l’année et on les rabat à 3 à 4 yeux. Il faut savoir que les akébies présentent une forte capacité de régénération, de sorte qu’une fois que la productivité d’un pied diminue, on peut le rabattre au niveau du sol en ne gardant qu’un seul bourgeon vigoureux. Pour réduire la vigueur du plant et favoriser la fructification, il est recommandé de pratiquer une taille d’été à intervalles réguliers pendant la saison de croissance (pincement, éclaircissage des fruits, éclaircissage des pousses).

Maladies

Hormis l’anthracnose, l’oïdium (sur les fruits, sans altération de saveur) et des maladies de feuillage comme la corynesporiose, peu de maladies semblent toucher les akébies.

Cueillette du fruit et conservation

Une fois mûrs, les fruits d’akébie s’ouvrent et leur chair attire les insectes et les oiseaux. Étant donné leur caractère climactérique (c’est-à-dire qu’ils continuent à mûrir après avoir été cueillis), on les récolte dans l’idéal une semaine environ avant qu’ils ne s’ouvrent naturellement, lorsqu’on peut distinguer une ligne grise le long de la suture ventrale. Ensuite, les fruits se conservent deux à trois semaines à température ambiante et jusqu’à trois mois au frigo.


Des fruits de liane chocolat non arrivés à maturité, utilisés pour la confection de tisane de fruits en Chine

Variétés

Il existe plusieurs variétés ornementales d’akébies à cinq feuilles, sélectionnées pour la couleur de leurs fleurs ou pour leur parfum, entre autres caractéristiques. Ainsi, la variété « Silver Bells » produit des fleurs roses et des fruits violets qui contrastent avec la couleur blanche des fleurs et des fruits de la variété « Alba ». Elle aussi à fleurs et à fruits blancs, la variété « Shirobana » est pour sa part réputée particulièrement parfumée. Quant à « Variegata », il s’agit d’une variété aux feuilles panachées de vert clair et de vert foncé.

En ce qui concerne l’akébie à trois feuilles, on relève aussi des variétés ornementales, comme « Shunjitsu » (feuilles panachées de blanc) et « Aoba » (feuilles fortement mouchetées de blanc et nervures vertes).  Enfin, selon ce site Internet, il existe en Chine toute une série de sélections fruitières à haut rendement qui produisent des fruits de gros calibre contenant moins de graines, comme « Zi Bao 1 » et « Ma Bao 1 » (appellations traduites automatiquement par DeepL).

Les akébies au Bois de Rode Bos

Sur notre parcelle test, nous avons installé plusieurs pieds d’akébie à trois et à cinq feuilles en plein soleil le long de la clôture du terrain. Bien qu’ils ne soient jamais désherbés, fertilisés ni arrosés, ils se développent de façon satisfaisante, même s’ils ne sont pas particulièrement productifs (pour l'instant en 2e année). Les fruits récoltés contiennent une pulpe à la saveur agréable, mais très peu prononcée, contenant de très nombreuses graines. Il s’agit sans aucun doute d’une plante intéressante, car les lianes fruitières sont rares. Toutefois, nous attendons avec impatience les sélections variétales venues de Chine afin d’obtenir des fruits contenant moins de graines et possédant une saveur plus marquée.

Conclusion

Les akébies sont des lianes fruitières prometteuses, qui allient :

  • vertus médicinales et intérêt nutritionnel,
  • facilité de culture, mise à fruits rapide, rendements intéressants, débouchés divers,
  • saveur douce sortant de l'ordinaire, et
  • aspect ornemental.

L’exploitation de ce potentiel économique et nutritionnel nécessite toutefois de nombreux efforts de sélection afin d’obtenir des fruits plus riches en pulpe (voire dépourvus de graines) et nous espérons que les travaux chinois porteront bientôt leurs fruits.

Nous vous laissons avec une synthèse reprenant les usages potentiels, les aspects clés et les objectifs de sélection des espèces d'Akebia :



Sources

  • Huang, P., Zang, F., Li, C., Lin, F., Zang, D., Li, B., et Zheng Y, « The Akebia Genus as a Novel Forest Crop: A Review of Its Genetic Resources, Nutritional Components, Biosynthesis, and Biological Studies » dans Front. Plant Sci, vol. 13, art. 936571, 2022, doi: 10.3389/fpls.2022.936571.
  • Li, L., Yao, X., Zhong, C., Chen, X., et Huang, H., « Akebia: A Potential New Fruit Crop in China » dans Hortscience, vol. 45, p. 4 à 10, 2010, doi: 10.21273/HORTSCI.45.1.4.
  • Travers, Arnaud, Rivière, Manon, Basset, Cédric, et Willery, Didier, Toutes les plantes grimpantes, Ulmer, 2022.
  • Xue, Li, Ying, Xia, Guohua, Li, Zhilai, Zhan, Ruyu, Yao, Minhui, Li, « Traditional uses, phytochemistry, pharmacology, and toxicology of Akebiae Caulis and its synonyms: A review » dans Journal of Ethnopharmacology, volume 277, 2021, 114245, ISSN 0378-8741, https://doi.org/10.1016/j.jep.2021.114245.
  • https://k.sina.cn/article_6962116078_19ef975ee00100pfmj.html
  • https://oishii.iijan.or.jp/products/post-2425

Crédits photographiques

 

1.2 Hybridation et sélection de kakis
Le travail de Dithmar Guillaume sur les kakis hybrides en climat tempéré